Pour ou contre une instance de régulation de la presse ?

22 05 2008

Et si la solution à la défiance du public envers ses journaux était la création d’une instance de régulation ? C’est en tout cas la proposition avancée par l’Association de préfiguration d’un conseil de presse (APCP) cet après-midi.

Le président de l’association Yves Agnès explique son projet au micro de Matthieu Payen.

conf_nicolas_sarkozy_et_nous_533.jpg

casque3.jpg http://www.ipjmag.fr/ipjpodcast/audio/podcast-ipj-2006–2008-05-22- 76774.mp3

http://www.ipjmag.fr/ipjpodcast/index.php?id=391

Bien loin d’un Ordre de la presse, l’instance serait conçue comme un service de l’éthique et de la qualité de l’information. Les journalistes, les éditeurs, les citoyens et les pouvoirs publics y participeraient. Ce type de structure existe déjà en Belgique depuis cinq ans. Le bilan favorable de cette expérience incite les Français à créer leur propre Conseil. Deux missions : protéger la liberté de la presse et protéger le public contre les abus de cette liberté. L’APCP est favorable à la possibilité de sanctionner les médias, y compris financièrement. “Sinon, le public nous reprochera encore d’être un lieu de parlote”, a justifié Yves Agnès, président de l’APCP, lors de la conférence. La question divise chez les journalistes.

Réactions à la sortie filmées par Mélody Enguix et Elise Maman.


Actions

Information

One response to “Pour ou contre une instance de régulation de la presse ?”

26 05 2008
Laroche (00:45:32) :

Bien sûr qu’il faut un conseil de presse en France pour trois raisons outre celles énoncées par le président de l’APCP Yves Agnes : d’abord, il faut que les gens puissent accéder à l’information et à toute l’information, donc dès lors qu’il y a omission ou inexactitude (par exemple sur les chiffres du chômage non donnés par l’Insee au moment des élections), là le conseil de presse aurait pu s’en saisir, s’autosaisir car aucun document de ce type (et bien d’autres encore) ne doivent échapper au citoyen. Son information, c’est sa formation de citoyen… Il y a beaucoup de documents qui échappent au journaliste et de plus en plus, notamment les documents officiels. Ensuite, il faut que les journalistes puissent faire leur métier dans de bonnes conditions (un journaliste qui fait une erreur c’est souvent parce qu’il n’y a même plus de rédacteur en chef pour relire son papier, c’est valable surtout dans l’audiovisuel où les sujets sont si courts que l’info est tronquée. Ensuite, mais il y a plein d’autres raisons qu’on pourrait évoquer, au niveau régional, il pourrait y avoir des conseils de presse décentralisés. La presse régionale est trop près des fournisseurs d’information pour ne pas subir des pressions. La crédibilité de la presse régionale y gagnerait grandement si une instance pouvait permettre au public de la saisir en montrant que telle ou telle information est tronquée, publicité déguisée voire manipulatrice.

Leave a comment

You can use these tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image