Le Blog Tendances des étudiants de l'IPJ

Dur, dur, d’être un bébé « végé »

Le végétarisme compte de plus en plus d’adeptes. En France, une nouvelle génération est en train d’apparaître, les bébés « végés ». Mais à la différence des Etats-Unis, l’Allemagne ou l’Angleterre, l’offre vis-à-vis de ces populations reste quasi inexistante.

A quand les repas végétariens dans les cantines scolaires ? Le bio s’est imposé. L’introduction du hallal et du casher a été vivement débattue. Mais la question du végétarisme ne semble pas encore à l’ordre du jour. Et pourtant, en France, ce mode de vie compte de plus en plus d’adeptes. Ils seraient près de 2% de la population. Parmi eux, de nombreux jeunes parents et leurs bébés « végés ».
Avec l’arrivée de ces petits végétariens émergent de nouveaux besoins. Recettes adaptées, marques de lait infantile végétal pour bébé végétalien, conseils de nutrition… L’information s’échange essentiellement sur les forums internet. Timidement apparaissent également des ouvrages spécialisés, comme Le grand livre de bébé végé (1) qui propose 150 recettes végétariennes pour les tout-petits. Ou encore That’s why we don’t eat animals (Pourquoi on ne mange pas les animaux) (2), soit le végétarisme expliqué aux jeunes enfants, mais qui n’est pas encore traduit en français.
Et pour cause, en France, l’offre en direction des végétariens et végétaliens reste très limitée. Face à la méconnaissance et aux critiques, les jeunes parents se sentent parfois perdus. « Je suis parfois mal à l’aise avec les médecins, ils ont des avis très différents sur le sujet. Quand j’étais enceinte, j’avais peur que la gynécologue me juge. Au final, elle a très bien réagi et m’a assuré que mon régime alimentaire était très sain», raconte Magali, mère végétarienne d’une petite Muriel âgée de 6 mois. Son pédiatre lui explique qu’elle va bientôt pouvoir introduire la viande dans l’alimentation de sa fille. « J’ai préféré rien dire, sourit-elle, il n’imagine même pas que Muriel puisse être un bébé végétarien». Avec les proches, ce n’est pas toujours facile non plus. « Je pense par exemple que mes grands-parents vont profiter d’avoir leur arrière-petite-fille à la maison pour lui faire immédiatement manger de la viande. Ils ne comprennent pas notre mode de vie ».

Menu végétalien à la crèche
D’où l’idée de Sophie de créer son site enfantvege.canalblog.com . Comment être sûr que mon enfant ne manque pas de fer ? Où trouver des produits vegans ? Cette mère d’un petit garçon âgé aujourd’hui de deux ans y partage des recettes, conseils et bonnes adresses à l’attention de tous les parents d’enfants  « végétariens, végétalien et vegans ». La famille s’est installée il y a peu à Berlin. En Allemagne, en tant que vegan, la vie est beaucoup plus facile. « Les mentalités sont différentes, y compris dans le corps médical. Ici, le végétarisme est quelque chose de normal, et même le végétalisme est relativement accepté. »
A Berlin, son fils fréquente une crèche où les repas sont exclusivement végétariens, bien qu’il y ait des familles omnivores. Avec la possibilité pour lui de bénéficier d’un menu spécial végétalien. «Ici je peux vivre 100% vegan » explique-t-elle. Grâce notamment au supermarché vegan de son quartier, mais aussi aux nombreux restaurants spécialisés, dont certains proposent des menus pour enfants, comme les fameux nuggets « végés » à base de soja.
En France, impossible de trouver une crèche proposant des menus végétariens. Ou à de rares exceptions, sur justification médicale. La plupart des amis vegans de Sophie sont obligé d’avoir recours à des nounous privées qui acceptent de cuisiner des plats adaptés à leurs enfants. En octobre dernier, le gouvernement a publié au contraire un décret obligeant les cantines scolaires à proposer des menus contenant de la viande à chaque repas. Les associations végétariennes se sont mobilisées contre ce qu’ils considèrent comme une aberration, y compris d’un point de vue nutritionnel. La question des enfants “végés” ne semble pas prête d’être abordée.

Virginie Bourdet
(1) Le Grand Livre de bébé végé, Carol Timperley, éditions Guy Saint-Jean, 2001.
(2) That’s why we don’t eat animals: A Book About Vegans, Vegetarians, and All Living Things, Ruby Roth, North Atlantic Books, 2009.

Posted by on février 22, 2012 at 6:02  and tagged , , , ,  | Comments & Trackbacks (0)




Leave a Reply